Tobi ou keima, lequel choisir ?

Cette article traite de la différence entre une extension en tobi ou keima lorsque l’adverse presse notre groupe sur la deuxième ligne. Pour illustrer ce sujet, ce premier article se centre sur un joseki classique que l’on retrouve souvent dans le go moderne. Ce joseki présente bien la problématique que je voulais partager dans cette courte série. Bonne lecture !

Joseki classique – Presentation 

Voici donc le fameux joseki qui forme la base de notre article: Noir a ici fait tenuki (ou joué une pince lointaine) et blanc l’a pressé sur le bord. La continuation classique est en A pour noir et récemment on voit de plus en plus le coup B être joué de manière plus général.

Diagramme 1

Nous présenterons dans cette article les avantages et inconvénients de ces deux choix, comment choisir l’un ou l’autre selon la situation en illustrant le tout de quelques exemples provenant de parties de professionnels.

Joseki classique – Tobi en A

Tout d’abord, regardons le joseki classique lorsque noir joue A. Localement, les continuations pour blanc sont: presser en C, jouer dans le coin en D ou jouer sur le bord en E.

Diagramme 2

Nous ne nous attarderons pas sur la presse en C ici car ce n’est pas forcément déterminant dans le choix entre tobi A et keima B. En effet, lorsque noir joue B, blanc peut aussi le presser sur le bord. Nous ne regarderons ici que la suite en D par soucis de simplification et le coup E sera présenté en fin d’article. Si vous voulez explorer toutes les possibilités de ce joseki, je vous invite à aller voir le site Josekipedia : http://www.josekipedia.com/#path:qepcod.

Suite du Joseki – blanc joue D

Le but du coup D est de viser la coupe dans la forme en tobi noire. Différentes suites sont possibles, la plus usuelle nécessite un shicho favorable pour blanc. Nous ne présenterons ici que cette suite et le résultat final.

Diagramme 3

Cette séquence assez longue (coup 5 à gauche de 6) donne un résultat localement bon pour noir malgré l’influence de blanc. En effet, noir a tenuki une fois et fini sente : il a donc put investir deux coups ailleurs et conserve un coin résonnable de 14 points.

L’intérêt pour blanc de cette séquence est qu’il change la direction de jeu : en effet, noir avait du potentiel sur le bord droit avec sa pierre en tobi mais après cette séquence, c’est blanc qui en coupant cette même pierre occupe le bord droit et peut y créer du potentiel. Ainsi selon la situation global, ce résultat peut être plus intéressant pour blanc.

On voit que le tobi noir A laisse à blanc la possibilité d’exploiter la forme noire, si besoin pour changer de direction de jeu. Si noir n’aime pas cela, le keima en B devient intéressant.

A noté que si noir veut développer sa position sur le bord droit après le coup 1 de blanc, il peut jouer plus simplement comme dans le diagramme 4 :

Diagramme 4

Après le coup 4, noir conserve sa position sur le bord au dépend de son coin. C’est donc un choix à faire en fonction de la position globale. De plus, le nobi noir 2 est généralement la suite visée par noir lorsqu’il joue le coup A. Si blanc ne joue pas 1 directement, noir A est un gros coup qui développe efficacement le bord droit.

Joseki classique – Keima en B 

Avec le keima B, la position de noir est une ligne plus basse qu’avec un tobi en A et a moins de potentiel de développement. Par contre, il n’y a presque plus d’aji dans le coin noir: blanc ne peut plus aussi efficacement changer la direction de jeu. Pour ces deux raisons, le bord droit n’a plus trop de potentiel de développement pour les deux joueurs.

Localement la suite pour blanc est de presser noir en keima 1:

Diagramme 5

S’en suit le joseki suivant :

Diagramme 6

La séquence est forcée, le coup 9 est honte et protège la coupe. Le résultat est différent du joseki avec le tobi en A présenté précédemment car bien que noir conserve son coin, l’influence est moins solide car noir peut jouer la séquence 1 à 3 dans le diagramme suivant.

Diagramme 7

De plus, et c’est là la différence majeure, le bord droit reste ouvert et un coup noir sur l’emplacement marqué est un gros coup de yose. Blanc n’a ici pas changer la direction de jeu, mais a solidifié celle qu’il avait déjà avec ces trois pierres initiales, c’est à dire du potentiel vers le bord supérieur.

Joseki classique vs moderne : quand utiliser l’un plutôt que l’autre ?

Après la présentation des deux josekis et de leur continuations locales, on voit que le joseki moderne est préféré lorsque l’on réduire l’aji dans le coin ou que le ne veut pas que blanc puisse changer la direction de jeu en prenant le bord droit.

Le joseki moderne est préféré lorsqu’on :

  • ne veut pas que le groupe blanc se stabilise facilement,
  • veut limiter le nombre de possibilité pour blanc,
  • veut empêcher blanc de créer un moyo sur le bord droit,
  • le bord droit n’a que peu de valeur pour les deux joueurs.

Par contre, comme on la vu, le joseki moderne donne une position plus basse à noir que le joseki classique. On privilégiera donc le joseki classique lorsque noir veut créer du territoire sur le bord droit. Ainsi, si une pierre noire est présente dans le coin en bas à droite, il est conseillé de jouer le joseki classique pour développer le bord droit.

En pratique

Voici 4 problèmes provenant de parties de professionnels. Dans chacun de ces exemples, vous pouvez deviner lequel des coups A et B a été choisi.

Problème 1 :

Muramatsu Ryuichi (Noir) vs Kataoka Satoshi – 2008 – Meijin 34th
A noir de jouer : A ou B ?

Solution :

Diagramme 9

B est préférable. La position de blanc dans le coin nord-ouest (pierres marquées) est solide et basse, le bord nord a ainsi peu de valeur. Avoir une position basse n’est donc pas un problème pour noir. Il joue donc B avec le soucis de réduire les possibilités de blanc dans le coin nord est.

[collapse]

Probleme 2 :

Cho SeonJin (Noir) vs Yoda Norimoto – 2007 – Honinbo 62nd
A blanc de jouer : A ou B ?

Solution :

Diagramme 11

Blanc joue B car il ne veut pas donner de coups forçant à noir sur le bord nord. Si blanc joue A, une possibilité pour noir aurait été de jouer selon le diagramme suivant :

Diagramme 12

Dans ce diagramme blanc répond à 2 en 3 pour ne pas se laisser enfermer. Noir construit naturellement des points sur le bord nord ce qui n’est pas très agréable pour blanc. Blanc a joué B pour éviter une telle suite.

[collapse]

Problème 3 :

Liu Xiaoguang (Noir) vs Gu Li – 2008 – Weifufangkai Cup
A noir de jouer : A ou B ?
Solution :

Diagramme 14

Noir a du potentiel sur le bord nord grâce à ses pierres marquées : il joue A pour espérer développer ce potentiel.

[collapse]

Problème 4 :

Park Hyunsoo (B) vs Lee Yeon – 4th Korean Crown Haitai Cup – 2020
A noir de jouer : A ou B ?
Solution :

Diagramme 16

Avec son shimari dans le coin sud-ouest, blanc a du potentiel sur le bord sud. Noir joue B pour limiter ce potentiel blanc. Si noir avait jouer en A, blanc aurait pu viser une suite similaire à celle montrée dans le problème 2.

[collapse]

J’espère que l’article vous a plus. N’hésitez pas à laisser un commentaire, le partager ou si besoin me contacter ! A bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *